L'exposition d'été

Barbara Soyer nous fait l’honneur de présenter l’exposition : « Dans l’exposition de Kalou Dubus et Fred Lebain, tout commence et finit par un bloc. Bloc de terre pour elle, bloc de pierre pour lui, l’argile et le marbre réunis.

Kalou Dubus malaxe, façonne, cuit et émaille la terre dans son atelier parisien depuis 2015. Son travail précis sur la forme, la matière et la couleur, d’inspiration brutaliste, a récemment séduit la créatrice Isabel Marant qui lui a commandé une série de grandes pièces pour ses boutiques. La trentaine d’objets qu’elle présente à Arles -vases et plantersen céramique, lampes en béton incrustées d’agate et de cristal de roche fumé -compose un ensemble cohérent et contrasté, alternant les supports, la terre brute et la terre émaillée,le brillantet le mat, les jeux de motifs (avec ou sans carreaux), les couleurs douces et franches, du rose saumon au noir profond. Certains sont présentés sur des stèles en céramique inédites, sortes d’extensions naturelles, accentuant un peu plus la dimension plastiquedes objets qu’elles supportent. Fred Lebain est photographe depuis plus de vingt ans. En 2018, il a réalisé une série dans la carrière de marbre d’une île grecque où le duo a ses habitudes. Il en a tiré 7 «diptyques» et un film qui sont présentés dans l’exposition. Chaque photo associe deux images du même bloc de marbre taillé dans la roche, présentant deux couleurs différentes. Complémentaires, saisis à 5 minutes d’intervalle, ils imposent leur présence massive sans donner plus d’indices sur leur métamorphose. Passant du gris au noir, uniques et semblables en même temps, troublants. Avec cette nouvelle série, Fred Lebain s’amuse une fois de plus de la réalité qui l’entoure. Il la révèle en la recouvrant, en la distordant ou en la fragmentant, selon les cas. Mais toujours avec les moyens du bord. Ici de l’eau, purement et simplement. Kalou Dubus et Fred Lebain partagent un même goût pour la transformation du matériau brut -terre, pierre, réel… -et une même exigence dans le rendu final de leurs productions, à la ligne graphique et architecturale prononcée.

C’est la première fois qu’ils exposent ensemble. La scénographie, signée Pascal Humbert et François Joos, emprunte aussi bien au vocabulaire pictural qu’industriel: dans l’agencement des pièces façon nature-morte et dans le choix des cimaises en aluminium qui servent habituellement à soutenir les plaques de plâtre des cloisons. Du minéral au métal, de la nature à l’artifice, la boucle est bouclée, les blocs bien alignés, l’exposition peut commencer. Blocs party.»

Exposition du 1er juillet au 22 septembre 2019. Vernissage le jeudi 4 juillet de 18h30 à 21h

Voir le dossier de presse

Catalogue des œuvres à venir

Anne Carpentier