Philosophy

la marchande des 4 saisons propose une sélection thématique et subjective d’objets et de mobilier, renouvelée à chaque saison. Des pépites dénichées au gré de flâneries et de rencontres, créations d’artistes connus ou en passe de l’être.

Pour la première saison (été 2017), deux photographies de l’obélisque d’Arles de Yannig Hedel, rencontré après son exposition au musée Reattu, font écho à une étagère en forme d’obélisque de Willy Rizzo chinée cet hiver. Les créations en stuc d’Abou Dubaev, réfugié tchétchène révélé par La fabrique NOMADE, sont comme une réponse aux photographies de migrants d’Aglaé Bory, ses Traversées exposées dans le cadre du Festival Voies OFF (3 juillet-3 septembre). Et puis il y a les fauteuils de Pierre Jeanneret ramenés directement de Chandigarh (qui n'ont donc jamais connus de collectionneur !), les créations céramiques de la belle Alison Thirion, inspirées par un dessin de Cocteau, les étagères révolutionnaires en aluminium extrudé de Vincent Dechelette, fraichement sorti de l’ECAL…

la marchande des 4 saisons à Arles

été 2017

Aglaé, Yannig, Pierre et les autres

Cet automne-hiver (22 septembre 2019-21 mars 2018), en quête de cimes, la marchande des 4 saisons part sur les montagnes de Samuel Hoppe exposées à l'occasion de la sortie de son livre avec les éditions Rue du Bouquet. 13 photographies et 500 livres, c'est tout. Tout autour de cette exposition seront mis en scène une nouvelle sélection d'objets, anciens, designs, rares et séduisants, dans un esprit de chalet revisité, dans une gamme de blanc comme neige, bois blond et des touches de noir. Autre sommet exposé : la Chaise Musicale de Boris Vian, rééditée à 50 exemplaires seulement par deux archéologues du XXème siècle, Thomas Mailaender et Ivan Mietton, réunis sous le label Perfect Documents. A la fine équipe de jeunes designers en passe d'être célèbres, Alison Thirion (avec sa nouvelle série Intervalle), et Vincent Dechelette (avec la Bill side-board), s'ajoute le Studio Kaksikko, soient  Salla Luhtasela / Wesley Walters, deux Finlandais à l'origine du tabouret exposé, le Perch Stool, à l'assise judicieusement confortable et une silhouette élégante et gracile. A voir tout l'automne.

x

FullSizeRender (29).jpg

automne-hiver 2017-18

Samuel, Alison, Boris et les autres

Ce printemps (depuis le 21 avril 2018), la marchande des 4 saisons se consacre aux collages de Lia Rochas-Pàris dans une exposition nommée « Géométries variables ». Un buste acéphale de femme, nue, daté du XVIIIème siècle, comme une « sculpture découpée », trône au centre de la galerie. Jouant toujours d'associations tant esthétiques qu'historiques, un plâtre de la Diane de Falguière, épreuve d'atelier d'un mètre de hauteur, joue de la même position qu'une nymphe présente dans l'un des collages de Lia. La collection de céramiques Segment d’Alison Thirion, sous-titrée « Géométrie variable » est le parfait écho à l’œuvre de Lia Rochas-Pàris. Comme le bleu profond, hypnotisant, érotisant de l'oeuvre céramique de Valentina Cameranesi, nommée Cono... S'est ajoutée la première et toute nouvelle édition d'objets à la fois artisanaux et précieux de Maison Intègre, une jeune maison initiée par Ambre Jarno ambitionnant de révéler les talents des artisans du Burkina Faso, soit un tabouret royal, un trio de bougeoirs, une nevette et une lampe. Il reste la collection d'étagères de Vincent Dechelette, une édition exclusive de la galerie, et la collection des Pierre Jeanneret de Chandigarh, enrichie d'un bureau, d'une chaise écritoire et d'un tabouret haut. A voir jusqu'au 5 juillet (finissage en présence de Lia dès 18h30).

x

IMG-0762.jpg

printemps 2018

Lia, Ambre, Valentina, Diane et les autres